Knowledge Management - Gestion des Connaissances

Intelligence économique
Support Informatique et MAnagement

LAURENT Jean-Marc - OCSIMA Audit - Conseil - Développement - Formation

Intelligence économique - Support Informatique et MAnagement

L'Objectif est fixé et les Connaissances sont identifiées, les deux dernières dimensions de la Méthode OCSIMA sont :

Méthode Ocsima

Veille et Intelligence économique

L'Intelligence économique est plus qu'une activité de veille systématique, elle nécessite entre autre d'être intégrée à la culture d'entreprise : partage, évaluation, critique de l'information dont chacun dispose. (Vous trouverz sur notre page Veille et Intelligence économique une description des activités de veille concernant la recherche d'informations.) Voir le dossier Le SI au coeur de la démarche d'intelligence économique :

Système Multi-Agents(SMA)

Les meta-moteurs utilisent les résultats des recherches de différents moteurs. A notre avis, Google présente les réponses les plus pertinentes et de loin les plus riches. Un ensemble d'agents intelligents scrutant le web, analysant les résultats, et présentant des synthéses constitue actuellement l'outil le plus performant. Vous pouvez lire un rapport sur une plateforme Système Multi-Agents, sur notre site Acquisition, Représentation et Recherche de Connaissances, présentant également une approche de la conception et gestion d'un tel sytème.

Intelligence économique et Diffusion de l'Information

Un fichier XML d'informations, une feuille de style et on obtient un support de diffusion d'informations. (Voir la page sur le langage XML.) Les 'News' sont diffusées au format RSS, et il existe de nombreux outils de réalisation et de lecture (sur une page WEB, ou sur un PC) de flux RSS.

Voir notre paragraphe Outil dédié à la Recherche / Diffusion d'Informations et notre partenanire Kreactive Technologies qui achemine et gère des flux d'informations pouvant s'intégrer en toute transparence à votre site Web, votre portail Internet, votre Intranet d'entreprise ou encore à votre système d'information.

Intelligence économique et Protection de l'Information

Tentatives d'OPA, rachats, espionnage, intrusions ou piratages informatiques, dégradations de matériel, vols, sabotages ou campagnes de déstabilisation... Les armes pour attaquer une entreprise ne manquent pas et seraient monnaie courante. Une centaine d'entreprises françaises sont victimes chaque mois de ces "agressions économiques", selon une étude confidentielle des Renseignements généraux (RG), réalisée pour la cellule d'Intelligence économique rattachée au Premier ministre.

La sécurité à l'usage des PME : Un livre blance diffusé par Check Point Software Technologies France

Nous distingons trois protections différentes :

  1. Protection / Espionnage : Nous rappelons dans la page Intelligence économique et stratégique la distinction entre Intelligence et espionnage économique, préconisant une attitude réfléchie concernant la protection de l'information :
    • affaire Valéo montre la difficulté, pour les entreprises françaises, à protéger leur patrimoine industriel ... Face aux États-Unis, l'Europe n'a pas su se défendre sur le terrain de l'intelligence économique."
    • Alain Juillet : L'ère de la sécurité économique active est là : "Face à ceux qui réclament à corps et à cri des armes identiques à celles utilisées par nos adversaires dans le cadre de cette affaire (note : Gemplus), il faut répondre que la vraie réponse est à trouver en nous-mêmes. La France, comme chaque pays de la Communauté européenne, se définit en fonction de son héritage et de sa culture. Nous sommes un pays libéral amoureux de la liberté. A ce titre, les lois mises en oeuvre dans le cadre du Homeland Security Act, aux Etats-Unis, ne sont pas transposables en Europe. Un fonds d'investissement tel qu'In Qtel (entretenu par la CIA) ne peut pas exister dans un contexte français. Cela ne nous empêche pas de créer nos propres solutions, qui s'inscrivent dans le cadre de nos législations et de notre culture."
    • Panorama de la CyberCriminalité, Année 2005, Conférence CLUSIF
  2. Connaissances tacites et connaissances explicites : Comme nous l'indiquons dans notre chapitre Rôle du Management, la protection des savoirs passe aussi par les connaissances tacites (connaissances indispensables à leur exploitation) qui doivent être transmises grâce à une mise en oeuvre dans l'action.
  3. Virus et piratages :

Intelligence économique offensive

Selon Bernard Besson, membre du comité d'Action Stratégique pour l'intelligence économique, placé sous la responsabilité du ministère de l'Intérieur : "L'intelligence économique est donc par nature offensive. Ce caractère offensif ne nécessite aucun appel à des méthodes intrusives ou illégales." La déstabilisation est une arme de la guerre économique. Un exemple ? Seuil présente (2004) le livre de Ali Laïdi et Denis Lanvaux (pseudonyme d'un spécialiste de l'intelligence économique)"Les secrets de la guerre économique" : "HEC, la plus prestigieuse école de commerce française, monte une opération de déstabilisation de l'Essec, sa principale concurrente ... Ce ne sont là que des exemples de la guerre de l'ombre que se livrent les entreprises" Le nouvelObs souligne sa sortie "HEC et les barbouzes" (payant), et publie (août 2005) le dossier Opération volutes - HEC contre Essec, retraçant "Le scénario délirant".
Voir (mai 2008) L'information, c'est la guerre !, un exemple entre guerre de l'information et communication d'influence

Intelligence économique et Lobbying

Lorsque l'on parle de l'Intelligence économique il est impossible d'ignorer le lobbying : il faut au moins fournir aux instances décisionnaires les informations nécessaires à la compréhension de votre position, pour "influencer si possible les règlementations", présentées, par exemple, comme un moyen d'augmenter leurs propres connaissances sur le sujet, sans confondre lobying et corruption.
Une pure imagination de notre part : "J'ai concentré mon offre sur une petite voiture à vocation citadine, peu polluante ; malheureusement mon marché féminin ciblé est détourné vers les 4x4 présentant luxe et carrosserie rassurante ; si j'arrive à attirer l'attention des media (et mieux des élus) sur la consommation, et donc la pollution émise, ..."

Le lobbying à Paris, Washington et Bruxelles (note de l'Ifri)

Le lobbying des entreprises françaises à Bruxelles

Ce second rapport de la CCIP vérifie si les entreprises françaises ont amélioré leurs pratiques de lobbying depuis 2002 à Bruxelles qui compte 15 000 lobbyistes : "Le constat est mitigé : il y a eu, certes, une prise de conscience des faiblesses françaises et la situation est plus favorable (sensibilisation accrue, maintien du bon positionnement quantitatif des français au sein des différentes institutions européennes, meilleur positionnement dans les structures bruxelloises de lobbying, professionnalisme plus affirmé des acteurs), mais subsistent des difficultés, notamment linguistiques et d'implication des PME.
Par ailleurs, les pratiques des autres pays, voire de pays tiers tels que les Etats-Unis qui n'hésitent pas à se comporter comme des membres de l'Union européenne, ont parallèlement évolué, et la France accuse ainsi toujours un retard." Une liste de préconisations est présentée.

Intelligence économique et Communication de Crise

Différents articles et dossiers cités par CyberIES :


LAURENT Jean-Marc - Conseil Gestion des Connaissances - OCSIMA Consultant Knowledge Management
Valid XHTML 1.0 Strict Dernière révision mars 08 Plan du site OCSIMA Pour nous écrire, cliquez ici :