Knowledge Management - Gestion des Connaissances

Applications de la Gestion des Connaissances

LAURENT Jean-Marc - Méthode OCSIMA Audit - Conseil - Développement - Formation

Un Projet de Gestion des ConnaissancesUn Projet de Gestion des Connaissances

KM DimensionsKM Dimensions


Domaines d'applications

Il est relativement aisé de recenser l'ensemble des domaines d'applications de la Gestion des Connaissances. Dans la mesure où il l'encourage et en découle, il apporte une aide nécessaire à toute organisation transversale, ou son besoin exprimé, et principalement à :

  • la recherche d'amélioration de la qualité (mesurée) et autre organisation transversale
  • toute autre structure dans laquelle la coopération est un besoin, telle que l'innovation, le conseil, la Gestion de la Relation Client, …
  • la volonté d'anticipation rapide, la flexibilité, dans un environnement de concurrence complexe et turbulente,
  • la capitalisation d'expertise, il rejoint ainsi celui du Case Based Reasoning

Autres Exemples et Solutions

Quelques exemples de solutions apportées par la Gestion des Connaissances : capitaliser l'expertise (papy boom), diminuer le turnover, prévenir une délocalisation, l'architecture (conception, design), l'innovation.


Un Projet de Gestion des ConnaissancesUn Projet de Gestion des Connaissances

KM DimensionsKM Dimensions


Notes

1 Comme il sera rappelé plus loin, un projet de Gestion des Connaissances se répartit entre trois composantes, l'ingénierie des connaissances se rapporte aux phases d'acquisition / organisation des connaissances (les activités cognitives); la gestion fait référence au réceptacle, à l'implémentation informatique et à l'identification des moyens de restaurer les connaissances (Knowledge Management avec la même signification que Data Base Management), et le terme Management introduit l'implication organisationnelle découlant d’un projet de Gestion des Connaissances.

2 La similitude est une transposition de la relation d'équivalence au Raisonnement Approximatif : c'est une relation floue réflexive, symétrique et transitive par rapport au sup / min

3 Les entreprises qui se sont déjà impliqués dans une politique de Gestion des Connaissances reconnaissent que des progrès ont ainsi été obtenus. Mais il leur est difficile d'indiquer avec précision où se situent ces progrès et de les mesurer. Force leur est parfois de reconnaître que ces progrès n'ont pas forcément été obtenus là où ils étaient a priori attendus. Tout ceci montre l'importance de cette définition d'instruments de mesures et d'évaluation. Voir le "Knowledge management Research Report", réalisé par KPMG International en 1999.

4 Le coaching est une forme de management qui tente d'apprendre aux salariés à apprendre par eux-mêmes plutôt que leur inculquer un savoir extérieur. Cette forme complète les quatre autres attitudes rencontrées habituellement : ordonner, persuader, partager ou déléguer.

5 Le principe de Peter : Une hiérarchie tend à amener ses salariés à leur niveau d'incompétence.

Références

i Méthodes et outils pour la gestion des connaissances, R. Dieng et al., Dunod, 2000. Ouvrage de description des méthodes, réalisé par une équipe de recherche de l'Inria Sophia Antipolis.

ii Le projet intranet. De l'analyse des besoins de l'entreprise à la mise en œuvre des solutions, F. Alin, D. Lafont, J-F. Macary, Eyrolles, 2ème éd., 1998. Ouvrage décrivant clairement les étapes et les outils nécessaires à l'implémentation d'un intranet.

iii Le Management des Savoirs, J.-C. Tarondeau, Paris, PUF, "Que sais-je ?", 1998.

iv Le guide du coaching, John Whitmore, Maxima, 2000. Cet ouvrage explique clairement l'approche, ses avantages et sa méthode d'application, dans le domaine du sport mais également dans le monde industriel.


Un Projet de Gestion des ConnaissancesUn Projet de Gestion des Connaissances

KM DimensionsKM Dimensions


LAURENT Jean-Marc - Consultant Gestion des Connaissances - OCSIMA Conseil Knowledge Management

Dernière révision mars 06

Plan du site OCSIMA

Pour nous écrire, cliquez ici :